Blogue

Le projet Sage and Time

Par John Guido

Paulette Audette était une femme déterminée. Issue d’une institution, elle a été accueillie à L’Arche Sudbury, où pendant 30 ans, elle a été un pilier de la communauté, a accumulé trois boulots et été bénévole dans une soupe populaire. Ralentie par des problèmes de santé, elle ne voulait plus travailler, néanmoins elle était déterminée à faire quelque chose de significatif durant sa retraite. Mon amie Paulette est décédée en octobre 2018, mais pas avant d’avoir aidé au lancement du projet d’art Sage and Time.

Bien entendu, Paulette n’était pas seule; Audrey, Eddy ainsi que d’autres personnes vieillissantes étaient confrontées à des besoins grandissants ainsi qu’au manque d’options concernant des activités significatives. Pour beaucoup, l’intersection entre le vieillissement et la déficience intellectuelle est une période qui mène à l’isolement et au manque d’épanouissement. Cependant, les personnes âgées de L’Arche Sudbury ont des amis et des compagnons qui ont su les entendre et saisir leurs enjeux. Ils ont commencé à rêver d’un projet construit autour de la création d’art, qui pourrait créer une meilleure voie à suivre.

Sage and Time, (littéralement : Le temps et la sauge) est un très bon nom pour ce projet, la sagesse venant avec l’âge; et le titre suggère d’ailleurs l’aspect bénéfique des herbes aromatiques qui apportent de la saveur au repas que l’on partage, un petit zeste de notre vie ensemble. Ces mots me rappellent Paulette, Audrey, Eddy et bien d’autres personnes âgées parmi mes amis. Les anciens chez les autochtones nous racontent que la sauge est brûlée pour purifier, guérir et nous rappeler le Créateur qui se déplace à travers tout. C’est aussi l’objet de ce projet.

Concevoir un projet pour faire une différence

Répondre aux besoins changeants et aux rêves de ses membres est un élément clé de la mission de L’Arche. En fait, cette capacité est si bien développée que pour fonctionner, elle ne laisse pas beaucoup de place à la force opposée de la planification à long terme. Mais aujourd’hui, il y a un décalage des cultures qui se crée à L’Arche, à mesure que nous équilibrons de plus en plus notre don de répondre aux personnes avec les pratiques de changement stratégique.

Avec le projet d’art Sage and Time, L’Arche Sudbury est devenue un leader dans l’approche de planification stratégique axée sur la personne. Afin de recevoir la subvention du programme Nouveaux Horizons pour les aînés (d’Emploi et Développement social Canada), le projet « devait être dirigé ou inspiré par des aînés » et répondre aux objectifs du programme, tels que le bénévolat des aînés, le parrainage et l’inclusion sociale. Ils ont atteint tous ces objectifs et bien plus.

L’Arche Sudbury a conçu un projet artistique d’une durée d’un an où chaque morceau s’assemble parfaitement pour produire les effets attendus avec plus d’impact. Chaque mois :

  • Des artistes (surtout des aînés, des professionnels ou des amateurs passionnés) avec de riches connaissances et une vaste expérience de la vie ont animé des sessions de groupe en utilisant différents moyens tels que l’aquarelle, le papier mâché et l’écriture de chansons.
  • Chaque œuvre a exploré un thème différent comme la santé, les cultures franco-ontarienne et autochtone, la commémoration, l’accueil ainsi que l’abus et la réconciliation.
  • Les groupes étaient intergénérationnels avec des personnes de tout âge, allant des jeunes enfants aux aînés et incluant des personnes avec et sans déficience intellectuelle.
  • Différents groupes de toutes les couches de la société y ont participé, de la maternelle aux Olympiques spéciaux, en passant par les membres du régiment irlandais (250 artistes au cours de l’année).
  • Chaque artiste a exploré sa propre expression de la créativité, tout en contribuant à la création d’une grande et même œuvre collective.
  • Plus de 60 aînés et autres volontaires ont aidé à différentes tâches telles que cuisiner de la soupe ou nettoyer des pinceaux.
  • Les membres du groupe mangeaient tous ensemble, se nourrissant d’aliments et de fraternité, aussi bien que de la créativité de réaliser une œuvre collective.
  • Chaque œuvre d’art collective a été photographiée et imprimée par un photographe professionnel, puis encadrée, et
  • chaque photographie a été exposée dans différents espaces communautaires de la collectivité : un centre pour personnes âgées, une école, une église, un centre culturel, une unité de santé publique, un hospice, les bureaux du maire, du député provincial et du député, une base militaire et l’aéroport (en tout, elles ont été vues par environ 10 000 personnes).

En mars, les photographies ont été réunies et une exposition (incluant les œuvres originales) s’est tenue dans un centre de la communauté, près de Science North donnant sur le magnifique lac Ramsey. Une soirée de gala et une vente d’art ont attiré une foule variée d’amis anciens et nouveaux pour apprécier l’art et s’en inspirer, pour célébrer le succès du projet et pour recueillir des fonds afin de le rendre durable.

Créer de l’art construit des rapprochements

Dès le début, ce projet portait sur les relations sociales. Comme Audrey adore les enfants, un projet avec une école primaire était essentiel. Mme Beaton (Kelly), l’enseignante, dit : « Il y a une ouverture avec les enfants ainsi qu’avec beaucoup de personnes ayant une déficience intellectuelle. On n’a pas besoin d’abattre des murs. Immédiatement, tout le monde s’occupait de faire de l’art. Chaque personne avait sa propre partie et elles se sont présentées toutes ensemble. » Dès que les enfants ont vu une silhouette dans un fauteuil roulant, ils ont su que c’était pour Audrey et ils étaient désireux de la voir réaliser sa partie.

Lors d’une autre session, ce sont des ecoles secondaires qui ont participé. Une adolescente de 15 ans était intriguée par un des aînés; elle a demandé : « C’est ok, si je parle à Eddy ? » Peu de temps après, ils étaient en train de parler de leur amour commun pour les Maple Leafs de Toronto et pour l’Île Manitoulin. Ils ont créé de l’art, mais ils ont aussi créé un lien au-delà des différences d’âges et de capacités entre eux. Pat Montpetit, aîné bénévole et membre de longue date du conseil d’administration de L’Arche, l’explique de cette façon : « c’était super, tout le monde était sur le même pied. Et nous passions du bon temps tous ensemble ».

Observations de certains artistes animateurs

L’artiste Ruth Reid qui a animé « Butterflies » a dit, « Pour moi, l’aspect le plus excitant était de voir à quel point l’art rassemble les personnes. Elles disaient : ‘Quelle couleur utilises-tu ?’ Et puis elles rigolaient et disaient : ‘Ma feuille est violette.’ Et quelqu’un disait : ‘Il n’y a pas d’arbres violets !’ Et cela commençait cette merveilleuse conversation, et rigolade et connexion et relation. Il n’y a pas de mauvaise ou de bonne façon de faire de l’art… C’est simplement une expression qui vient du cœur. »

Kim Mullin qui a animé « Family Day » dit : « Chaque personne s’est peinte comme une fleur, chacune unique, mais faisant partie du grand et magnifique jardin de L’Arche. Peu importe qui tu es ou d’où tu viens, chacun a sa place, chacun est accueilli. Les membres ont de la joie et ne sont plus centrés sur eux-mêmes. J’essaie toujours d’amener les artistes à lâcher prise. Avec L’Arche, ce n’est pas nécessaire, c’est la liberté dès le début. Lorsque les gens vivent dans un environnement d’acceptation et de non-jugement, ça les rend plus ouverts et créatifs. »

Carolyn Ludgate qui a animé « Words of Wisdom » a écrit : « Une des intentions du projet d’art Sage and Time est d’inviter les membres de la communauté de Sudbury à participer... Les Senior Sudbury Rising Stars ont réalisé un sketch intitulé ‘Positive attitude’, qui a été une façon très plaisante d’introduire une discussion de groupe… Je leur ai demandé de réfléchir à ce qui leur donnait de la joie et aux conseils qu’ils donneraient à d’autres… Les œuvres étaient vraiment belles et les mots étaient inspirants. »

Andrew Lowe qui a animé l’écriture de la chanson « Sage and Time » dit : « Tout a coulé à merveille. On était tous en harmonie, donc on a tous pu travailler à l’écriture des paroles… Remarquablement, les idées venaient de manière abondante et rapide... On avait fini après quatre heures d’atelier, l’idée de base de la chanson et du refrain. Le plus important a été le fait que tout le monde a contribué. Je savais qu’on pouvait obtenir quelque chose, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi bon. »

Les aînés font une différence

Dans sa lettre de félicitations, l’honorable Filomena Tassi, ministre des aînés, a écrit : « Par l’entremise du programme Nouveaux Horizons pour les aînés, le gouvernement canadien s’engage à aider les aînés à profiter de la qualité de vie dans leur communauté et à y contribuer par une vie active et la participation à des activités sociales. C’est pourquoi je suis si fière que le gouvernement canadien appuie des organismes comme L’Arche Sudbury. Parce que quand les aînés sont invités à participer à tous les aspects de la société, tout le monde en bénéficie. »

Le programme Nouveaux Horizons pour les aînés est un bon atout pour L’Arche parce que nous savons le pouvoir d’amitié et d’appartenance, d’accueil des dons de la différence et d’inclusion de tous, en tant que valeureux contributeurs. Nous avons besoin de créer des espaces et de construire des partenariats qui rassemblent des personnes qui sont différentes, afin que cette vision prenne racine pour davantage de personnes. Darrell Marsh, le directeur du programme qui a organisé le projet d’art Sage and Time, l’a résumé de cette façon : « Cela démontre la force du travail collectif, indépendamment de l’âge ou de la capacité. Il y a beaucoup de puissance en cela. »

 


Prendre notre place dans le mouvement pour l’inclusion

C’est un moment important pour le mouvement en faveur de l’accessibilité et de l’inclusion au Canada et dans le monde, et L’Arche Canada travaille à y prendre sa place.

Jean Vanier: une icône, non une idole

Jean était mal à l’aise (d’être appelé un saint) si un saint était un modèle de perfection inaccessible, seul sur un piédestal; mais si cela signifiait être membre de la communauté chrétienne, alors il se réjouissait de faire partie de la communauté des saints, vivants et morts.

Rencontre silencieuse avec «l’homme qui répare les femmes»

Denis Mukwege nous implore avec empathie de rester attentifs, de rester profondément à l’écoute de ce qui est inhérent à notre condition humaine: notre sensibilité et vulnérabilité.

Compagnons de route – Partie deux

La route de la transformation a ses moments d’avancées, mais il y a beaucoup de virages et de retournements tout au long du chemin. C’est la raison pour laquelle nous devons nous nourrir nous-mêmes ainsi que les amitiés que nous partageons.

Compagnons de route : Première partie

John et Greg racontent comment leur amitié a pris racine et s'est développée, grâce à un soutien mutuel, depuis plus de trente ans.

«Creative Connections»

Creative Connections est un lieu de création d’art avec des personnes ayant une déficience intellectuelle. Creative Connections favorise l’appartenance, la diversité et l’inclusion tout en déployant l’impact de L’Arche dans la ville de Saint John, au Nouveau Brunswick.

Poursuivre le voyage dans l’unité et l’espoir

Avec des gens de partout au monde, la famille de L’Arche a pleuré la mort et célébré la vie de notre fondateur, Jean Vanier. Nous sommes appelés à rester sur la voie qu’il a tracée.

Zoom Média de L’Arche Joliette

Cette équipe de créateurs, designers et techniciens offre des services complets de son, d’image et de vidéo pour faire briller leurs collaborateurs!

Le travail important de l’Institut Vanier de la famille est un appel à L’Arche

De nos jours, les relations de L’Arche avec les familles sont en évolution, avec un nombre croissant de personnes ayant une déficience intellectuelle qui reçoivent notre soutien tout en vivant avec leur famille, et l’accueil de ces personnes ainsi que de leur famille, dans notre vie communautaire.

Le projet Sage and Time

Faire de l’art communautaire libère la créativité et crée des ponts entre les aînés et la communauté de Sudbury.

L’inclusion commence avec soi-même

Une conférence sur l’inclusion organisée par L’Arche Agapè a été l’occasion d’approfondir la réflexion et de reconnaître que «le changement se fera en brisant les barrières et en sensibilisant les gens».

Les oiseaux me font penser à la liberté

Une pièce inspirée de l’histoire de personnes institutionnalisées parce qu’elles ont une déficience intellectuelle, de leurs familles et de leurs amis.

Un voyage jusqu’au plus grand des cadeaux

Lors d’une soirée de gala, L’Arche Daybreak a célébré les 50 ans de la communauté bien-aimée et de la découverte du sacré dans les choses ordinaires de la vie de tous les jours – avec de la magie ainsi qu’un voyage dans le temps.

Passer de présence à citoyenneté à communauté

Afin de promouvoir une inclusion significative, nous devons bâtir des communautés qui accueillent les dons et contributions de chacun de leurs membres.

Offrir une place à chaque personne

En célébrant le 50e anniversaire de L’Arche au Canada, nous partageons les expériences et les réflexions de nos membres sur la création de l’appartenance, la diversité et l’inclusion au Canada.

Construire un modèle de logement inclusif à Elmira, en Ontario

Au cours des dix dernières années, L’Arche a noué des liens avec la Société de soutien au développement d’Elmira (Elmira Developmental Support Corporation – EDSC) afin d’apprendre comment celle-ci procède pour offrir un «logement abordable avec service de soutien» aux personnes ayant une déficience intellectuelle et d’échanger sur notre vision et notre expérience.

Utiliser l’art et la découverte de notre potentiel créateur pour bâtir la communauté

Le centre de créativité « Hearts and Hands » de L’Arche Antigonish soutient l’expression artistique, l’appartenance et l’inclusion en Nouvelle-Écosse.

Construire des logements favorisant l’inclusion

Les modèles de logements innovants favorisant le choix, l’autonomie et l’inclusion sont en train de modifier le paysage des services de soutien aux personnes en situation d’handicap au Canada et sont pour L’Arche l’occasion d’avoir un plus grand impact.

Ce que signifient pour moi l’appartenance, la diversité et l’inclusion

L’Arche Canada lance une réflexion en ligne pour «Célébrer le don» de l’appartenance, de la diversité et de l’inclusion en écoutant ce que disent les personnes ayant ce vécu et celles qui partagent leur vie.

Un modèle novateur de vie en commun à Comox Valley

Des options de logement novatrices qui favorisent la liberté de choix, l’autonomie et l’inclusion transforment l’offre des mesures de soutien pour les personnes ayant un handicap au Canada. Les suites Vanier de L’Arche Comox Valley constituent un nouveau modèle de vie en commun qui renouvelle la vision de L’Arche.

Nous vous présentons… Ross !

Nous sommes heureux de vous présenter Ross Moncrieff, la deuxième de deux personnes ayant une déficience intellectuelle sélectionnées pour une séance avec un photographe professionnel.

Mesurer l’impact dans le mouvement pour l’inclusion

Les délégués de L’Arche reviennent sur leur expérience et les enseignements tirés du Forum fédéral de politiques d’inclusion, qui a eu lieu le 3 décembre sous le thème «What Gets Measured Gets Done» (Ce qui peut être mesuré peut être accompli).

«La peinture est le chant du cœur»

Ces tableaux incarnent le désir inné de l’être humain de laisser son empreinte, une trace physique de son identité fragile, en utilisant la force du geste créatif.

Nous vous présentons… Tiana!

Notre ami Gil nous a invités à réfléchir à l’importance d’être «devant la caméra», et nous a ainsi inspiré à inviter d’autres à vivre cette expérience. Nous sommes ravis de vous présenter Tiana!

Les arts communautaires créent un monde où chacun est valorisé et inclus

Le mouvement des arts communautaires et des organismes tels que les Ruches d’Art bâtissent des communautés plus fortes et une société plus humaine. L’Arche célèbre les dons uniques des artistes et les espaces de création communautaire où ils s’épanouissent.

Des dons à célébrer

En octobre 2019, nous fêterons le 50e anniversaire de L’Arche Daybreak et de L’Arche au Canada. Au cours des 12 prochains mois, nous prendrons le temps de partager, avec créativité, nos histoires. L’Arche Canada mettra en lumière comment notre vision et nos valeurs contribuent au monde d’aujourd’hui, en célébrant les dons de l’appartenance, de la diversité et de l’inclusion.

L’Arche Tova Café fait la promotion de l’appartenance et de l’inclusion à Winnipeg

Les entreprises sociales axées sur les services alimentaires et d’hospitalité constituent des moyens dynamiques et novateurs de promouvoir l’appartenance et l’inclusion. Ouvert il y a plus de 6 ans, L’Arche Tova Café est un pionnier non seulement à Winnipeg, mais aussi au sein de L’Arche au Canada.

Raconter des histoires «avec»

La narration à L’Arche met l’emphase sur l’appartenance, la diversité et l’inclusion pour nous aider à «imaginer le monde différemment».

Il est où le bonheur, il est où… ?

Le bonheur est un sujet à la mode. Même s’il y a autant de définitions du bonheur que d’individus, jamais une civilisation n’a élaboré des modèles et des idées aussi précises de ce que devrait être le bonheur.

La vie institutionnelle, un peu de contexte

Raphael Amato offre un aperçu du rôle des institutions au 20e siècle

Écouter et amplifier la voix des personnes marginalisées

Chaque message rend avant tout hommage à l’histoire d’une personne, mettant en valeur et transmettant la richesse et la diversité de ces témoignages du cœur.

La Journée internationale de la famille de L’Arche

Le premier samedi d'octobre est la Journée internationale de la famille à L'Arche. Découvrez le don de L'Arche à travers le monde et célébrez notre solidarité les uns avec les autres.

Tracer la voie pour les 50 prochaines années

Se tournant le regard vers l’avenir – vers une époque où les gens de L’Arche avec ou sans déficience intellectuelle se joindront à d’autres personnes dans une mouvance pour changer la société et la rendre plus inclusive pour tous.

L’Arche London et son espace d’accueil

Le Gathering Place est un exemple de l’impact grandissant des communautés de L’Arche à travers le Canada

Célébrer les 90 ans de Jean Vanier

Jean Vanier a 90 ans. L’Arche au Canada exprime sa sincère gratitude et ses meilleurs vœux à notre fondateur, guide et compagnon de route, notre ami Jean.

Investir dans la justice – pour les survivants des institutions

Patricia Seth, l’une des survivantes dit : « C’était comme vivre en prison, avec la différence que nous ne savions pas quand nous en sortirions. »

L’atelier d’art «Le Pot-en-ciel» de L’Arche Montérégie

Le Pot-en-ciel doit son existence à un des membres de L’Arche Montérégie, qui rêvait d’un espace collectif où lui et les artistes et passionnés d’art de la région pourraient se regrouper et pratiquer leur art dans un esprit de partage et d’enrichissement mutuel. Photographies de Jonathan Boulet-Groulx.

Plus loin que la tolérance, l’accueil et le respect de la différence

En cette Journée internationale de la tolérance, peut-on envisager de non seulement « tolérer » la différence, mais encore plus l’accueillir, et même la chérir !

Pas d’inclusion sociale sans une véritable collectivité et des relations d’amitiés

Nous vous partageons quelques extraits des présentations des panélistes récoltés lors de la table ronde sur le « Vivre ensemble », qui s’est tenue cet été au Forum Social mondial à l’initiative de L’Arche Canada.

Rendez-vous social

Retour sur les « Rendez-vous de l’innovation sociale » qui avaient lieu à Montréal le 9 juin dernier.

Un tour d'horizon mensuel des nouvelles de L'Arche au Canada, de nos partenaires et de ce qui se passe dans la société canadienne.