Blogue

La vie institutionnelle, un peu de contexte

Photo : Robert (à gauche) et Raphael sont des amis de longue date et membres de L’Arche Ottawa.


Par Raphael Amato

En parlant de l’histoire de Robert, il est important de noter que dans les années 1940, il n’y avait pas de services éducatifs, récréatifs ou de santé disponibles dans la communauté locale pour les personnes ayant une déficience intellectuelle.

Les médecins de l’époque disaient alors aux parents que la «meilleure» option pour leur enfant ayant une déficience intellectuelle serait d’être placé dans une institution provinciale où des soins «complets» seraient fournis par des professionnels compétents. On aurait dit aux parents de Robert que garder un enfant à la maison voulait dire qu’il n’aurait pas d’éducation ni d’activités récréatives, et aurait un accès très limité aux services médicaux. En d’autres mots, que les parents devaient assumer l’entière responsabilité de leur fils et lui fournir tous les services dont il avait besoin.

L’instauration des services dans la communauté locale n’a commencé qu’à la fin des années 1960, à la suite du lobbying de parents qui voulaient que leurs enfants restent dans la communauté. L’accroissement des services et des soutiens a permis aux personnes ayant une déficience de développement d’être éduquées, de travailler et d’être soutenues dans leurs communautés locales.

Les effets et l’impact négatifs de la vie institutionnelle ont commencé à faire surface et à être reconnus au début des années 1970, et ont suscité un changement d’attitude envers les personnes ayant une déficience intellectuelle. Cette transformation a culminé avec la fermeture de nombreuses institutions provinciales au cours des dernières décennies. Le mouvement vers la fermeture des établissements a cependant ralenti depuis dans plusieurs régions, et un certain nombre de personnes ayant une déficience intellectuelle au Canada ont été placées dans d’autres établissements comme des foyers de soins et des hôpitaux en raison d’un manque de services de soutien dans la communauté.

Voir la vidéo « Robert raconte… » : https://youtu.be/rq5GKnNklh8

« Écouter et amplifier la voix des personnes marginalisées » est le thème de la deuxième phase de notre campagne des valeurs. Lire la raison d’être de la campagne ici : http://bit.ly/ecouter-et-amplifier


Un voyage jusqu’au plus grand des cadeaux

Lors d’une soirée de gala, L’Arche Daybreak a célébré les 50 ans de la communauté bien-aimée et de la découverte du sacré dans les choses ordinaires de la vie de tous les jours – avec de la magie ainsi qu’un voyage dans le temps.

Passer de présence à citoyenneté à communauté

Afin de promouvoir une inclusion significative, nous devons bâtir des communautés qui accueillent les dons et contributions de chacun de leurs membres.

Offrir une place à chaque personne

En célébrant le 50e anniversaire de L’Arche au Canada, nous partageons les expériences et les réflexions de nos membres sur la création de l’appartenance, la diversité et l’inclusion au Canada.

Construire un modèle de logement inclusif à Elmira, en Ontario

Au cours des dix dernières années, L’Arche a noué des liens avec la Société de soutien au développement d’Elmira (Elmira Developmental Support Corporation – EDSC) afin d’apprendre comment celle-ci procède pour offrir un «logement abordable avec service de soutien» aux personnes ayant une déficience intellectuelle et d’échanger sur notre vision et notre expérience.

Utiliser l’art et la découverte de notre potentiel créateur pour bâtir la communauté

Le centre de créativité « Hearts and Hands » de L’Arche Antigonish soutient l’expression artistique, l’appartenance et l’inclusion en Nouvelle-Écosse.

Construire des logements favorisant l’inclusion

Les modèles de logements innovants favorisant le choix, l’autonomie et l’inclusion sont en train de modifier le paysage des services de soutien aux personnes en situation d’handicap au Canada et sont pour L’Arche l’occasion d’avoir un plus grand impact.

Ce que signifient pour moi l’appartenance, la diversité et l’inclusion

L’Arche Canada lance une réflexion en ligne pour «Célébrer le don» de l’appartenance, de la diversité et de l’inclusion en écoutant ce que disent les personnes ayant ce vécu et celles qui partagent leur vie.

Un modèle novateur de vie en commun à Comox Valley

Des options de logement novatrices qui favorisent la liberté de choix, l’autonomie et l’inclusion transforment l’offre des mesures de soutien pour les personnes ayant un handicap au Canada. Les suites Vanier de L’Arche Comox Valley constituent un nouveau modèle de vie en commun qui renouvelle la vision de L’Arche.

Nous vous présentons… Ross !

Nous sommes heureux de vous présenter Ross Moncrieff, la deuxième de deux personnes ayant une déficience intellectuelle sélectionnées pour une séance avec un photographe professionnel.

Mesurer l’impact dans le mouvement pour l’inclusion

Les délégués de L’Arche reviennent sur leur expérience et les enseignements tirés du Forum fédéral de politiques d’inclusion, qui a eu lieu le 3 décembre sous le thème «What Gets Measured Gets Done» (Ce qui peut être mesuré peut être accompli).

Un tour d'horizon mensuel des nouvelles de L'Arche au Canada, de nos partenaires et de ce qui se passe dans la société canadienne.