Blogue

Un modèle novateur de vie en commun à Comox Valley

Ci-haut : Une sortie à la marina.

Par John Guido

Rencontrer les habitants des suites Vanier est une expérience enrichissante. De toute évidence, ces membres de L’Arche Comox Valley, en Colombie-Britannique, ont du plaisir à passer du temps ensemble, tout comme des collègues au sein d’une équipe, d’une école ou d’un lieu de travail. Ce qui les rend remarquables, c’est que ce sont des voisins. Leur ami Larry souligne : « En 18 mois à peine, les gens qui vivent ici ont appris à se faire confiance et à s’appuyer les uns sur les autres. Je connais des gens qui vivent dans des immeubles à appartements et qui ne connaissent même pas le nom de leurs voisins. »

Les suites Vanier représentent une façon nouvelle de vivre la vision de L’Arche, qui répond aux rêves et aux objectifs de nombreuses personnes ayant une déficience intellectuelle aujourd’hui : un ensemble d’appartements d’une ou deux chambres, avec un espace commun et des repas et rassemblements hebdomadaires. Cette unité d’habitations est rattachée au centre I Belong de la communauté de L’Arche Comox Valley. Chaque personne y est aidée à atteindre ses objectifs de vie, à maximiser son indépendance et son inclusion, et à bâtir un sentiment d’appartenance, de soutien mutuel et de partage des responsabilités.

Ci-haut : On s’amuse en cuisinant ensemble.

Écouter l’expérience vécue

Qui sont ces gens qui vivent ensemble dans les suites Vanier ? Et qu’ont-ils à dire de l’endroit où ils vivent ? Allons à leur rencontre :

  • Nick est un homme aîné rempli d’énergie. « C’est un bâtiment très beau. Je vais m’assurer de le garder comme ça. J’en prends soin. » On peut entendre dans sa voix toute la fierté qu’il a de son chez-soi. « J’ai quelques plantes superbes dont je m’occupe dans mon appartement. J’ai un bel arbre de Jade. J’ai une autre plante super, une sorte de fougère… Je m’entends bien avec tous les autres habitants de l’immeuble. »
  • Paul est un homme aîné dont la présence est plus calme. « C’est une vraie joie de vivre ici avec Randy. (Ils partagent un appartement de deux chambres). J’aime aider les gens si je peux, être une sorte de mentor. » Leur relation fonctionne ainsi dans les deux sens. « Je ne suis pas bon en mécanique ou avec les ordinateurs. Randy m’aide avec ça. » Il valorise « l’indépendance qu’on a. J’ai vécu avec ma sœur pendant 30 ans. »
  • Judith (Judy) est une femme aînée pleine d’enthousiasme. Elle a vécu dans d’autres appartements, mais trouve celui-ci « plus calme que celui où je vivais auparavant ». Elle fait du scrapbooking et joue du piano – son style musical préféré est le country et le western. « Je me sens libre si je veux aller quelque part. Je vais visiter ma mère aussi. » La mère de Judy participe souvent au Cercle des aînés de la communauté de L’Arche, organisé les lundis, avec Nick, Paul et Larry.
  • Kevin est un jeune homme qui pratique de nombreux sports. Il travaille au Mont Washington pendant la saison de ski. C’est un globe-trotter et il aime également le karaoké, la danse et jouer de la guitare. Ce qu’il aime de son logement, c’est « les gens » et le fait d’être « si proche de la ville que je peux me rendre partout à pied : banque, café, restaurants, épiceries... » Il sourit chaleureusement. « Comment ne pas s’y plaire ? »
  • Randy a connu beaucoup de moments difficiles dans sa vie – il a essayé de vivre en foyer de groupe, mais on ne le laissait prendre aucune responsabilité. Quand il vivait avec sa mère, il fréquentait des gens ayant de mauvaises influences. Il est reconnaissant d’être accueilli dans les suites Vanier. « Sinon, je ne sais pas où je serais maintenant. » Il s’épanouit là où il est. Il adore saluer les gens du centre communautaire, préparer des biscuits, et faire des hamburgers ou des pâtes chez lui pour ses amis.
  • Yulia est l’assistante qui soutient chacun d’eux et les aide à travailler ensemble pour créer communauté. Elle a précédemment vécu dans des foyers de différentes communautés de L’Arche. C’est aussi pour elle la première fois qu’elle vit dans son propre appartement et qu’elle travaille à créer une communauté intentionnelle, alors elle apprend en même temps que les autres.
  • Robert n’a pas participé à l’entrevue car il était au travail. On le décrit comme un homme centré sur sa carrière et sur la réalisation de ses objectifs de vie.
  • Larry ne vit pas dans les suites Vanier, mais c’est un membre engagé de longue date à L’Arche qui apporte beaucoup d’expérience de la vie en communauté au groupe. « Nous servons de modèle les uns pour les autres. Je trouve que les gens s’appuient juste assez sur moi. » Il peut également être « un bon ami lorsque quelqu’un se sent un peu seul ».

Apprendre de cette expérience vécue

Passant du coq à l’âne, Randy déclare : « On a eu un repas-partage. » Et Paul d’ajouter : « C’est moi qui ai préparé le poulet au beurre. Ils ont adoré. J’ai à peine pu en manger, mais ce n’est pas grave. » Le repas, qui rassemblait toute la communauté de L’Arche, a eu lieu au centre I Belong. Cela témoigne du fait que ces membres relativement nouveaux ressentent un profond sentiment d’appartenance à L’Arche et sont en mesure d’y offrir leurs dons et leurs capacités. Plutôt que de les isoler, cette expérience d’appartenance donne à chacun plus de confiance pour contribuer à la collectivité, dans son lieu de travail, sa famille et d’autres espaces communautaires où il ou elle s’implique.

Ci-haut : Les membres des suites Vanier en compagnie de leur amie Gronia.

L’expérience de l’appartenance s’est construite avec le temps. Chaque semaine, deux moments communautaires sont organisés. Le mercredi, c’est une réunion de foyer suivie d’un repas et d’un moment de prière. Parfois, ils font des invitations, par exemple les membres du foyer Jubilee, un foyer traditionnel de L’Arche. Ils prennent à tour de rôle les responsabilités de préparer l’espace, le repas, et de nettoyer après la rencontre. Le vendredi, ils organisent une activité sociale choisie ensemble; parmi leurs favorites, on trouve les soirées cinéma, jouer aux quilles ou d’autres sorties locales.

Bien que certains membres du groupe aient déjà fait connaissance dans d’autres circonstances, ils n’étaient pas des amis proches. Randy avait besoin de temps pour faire confiance à sa « nouvelle gang », car il avait été brûlé avant. Larry se souvient : « Quand Kevin est arrivé dans notre communauté, il ne disait pas plus de trois ou quatre mots, un mot à la fois. Maintenant, impossible de le faire taire ! » La confiance et l’ouverture se bâtissent dans les nombreux moments informels, et aussi formels où chacun raconte comme vont les choses.

Il est clair qu’être responsable signifie beaucoup pour chacun. Nick est fier de « ce qu’on peut faire par nous-mêmes. Je sais comment faire ma propre lessive. Mon appartement est propre, jamais sale. » Randy a pris la responsabilité de son appartement en apprenant de ses compagnons. Kevin a encore besoin que sa mère lui rappelle de remettre de l’ordre… Yulia est ravie que le groupe s’occupe de tout lorsqu’elle s’absente. Paul dit : « C’est comme une famille, une famille élargie. On a beaucoup de fêtes. Après, on nettoie tout. Quand on habite ici dans les suites Vanier, c’est à nous de nous en occuper. Si on ne le fait pas, personne ne le fera. »

Évidemment, ce n’est pas toujours facile. Paul dit : « On se sent tous un peu seuls parfois, mais c’est correct. » Randy aimerait voir « plus de filles » car il n’y a aucune femme de son âge; il plaide pour la construction de suites Vanier supplémentaires parce qu’il connaît des gens en ville qui ont besoin d’un bon endroit pour vivre. Larry parle de Graham, un membre fondateur des suites Vanier, qui a dû être transféré aux soins de longue durée. Larry et d’autres visitent Graham et l’amènent à des événements lorsqu’il en a envie. « C’est difficile de laisser aller. On apprend qu’on est aussi importants les uns pour les autres que dans une famille. »

Bâtir une culture d’apprentissage

Ce qui est vécu dans les suites Vanier n’est pas le fruit d’un heureux hasard. Ce projet est le résultat d’une vision et de pratiques ancrées dans 50 ans de vie communautaire à L’Arche. Il s’appuie également sur les connaissances des groupes de vie autonome assistée de L’Arche, sur des agences de services sociaux locales et des options de logement innovantes développées par des organismes partenaires. Les entreprises à vocation sociale (telles que de nouvelles modalités de logement), qui développent des options innovantes et durables tout en renouvelant la vision de L’Arche, sont essentielles pour notre avenir.

Discerner ce qui est essentiel à L’Arche – et ce qui ne l’est pas – est clé pour l’innovation et le développement. Dans ce projet, des éléments clés tels que l’accueil, les relations mutuelles, les pratiques centrées sur la personne, les repas en commun, le partage personnel, la prière, les célébrations, le partage des prises de décisions et des responsabilités, la contribution des dons et les liens avec la collectivité sont tous mis de l’avant. Parmi les éléments nouveaux, on retrouve : davantage d’espace personnel et de vie privée, une autonomie et une responsabilité personnelle accrues et un modèle d’affaires nouveau.

Interregional Learning group

À gauche : Rencontre du groupe d’apprentissage interrégional de L’Arche Canada à Comox Valley.

La première édition de l’atelier d’apprentissage interrégional de L’Arche Canada a réuni à Comox Valley des responsables de communauté de chaque région et la coordonnatrice du Développement de L’Arche Canada, pour apprendre de l’expérience des suites Vanier et du centre I Belong. Des outils et ressources élaborés à partir d’initiatives à L’Arche au Canada et en dehors sont partagés pour aider les communautés à chaque étape du développement de leurs projets. Nous espérons que nos amis des suites Vanier transmettront leurs enseignements et inciteront d’autres à suivre leur exemple dans les années à venir.


Prendre notre place dans le mouvement pour l’inclusion

C’est un moment important pour le mouvement en faveur de l’accessibilité et de l’inclusion au Canada et dans le monde, et L’Arche Canada travaille à y prendre sa place.

Jean Vanier: une icône, non une idole

Jean était mal à l’aise (d’être appelé un saint) si un saint était un modèle de perfection inaccessible, seul sur un piédestal; mais si cela signifiait être membre de la communauté chrétienne, alors il se réjouissait de faire partie de la communauté des saints, vivants et morts.

Rencontre silencieuse avec «l’homme qui répare les femmes»

Denis Mukwege nous implore avec empathie de rester attentifs, de rester profondément à l’écoute de ce qui est inhérent à notre condition humaine: notre sensibilité et vulnérabilité.

Compagnons de route – Partie deux

La route de la transformation a ses moments d’avancées, mais il y a beaucoup de virages et de retournements tout au long du chemin. C’est la raison pour laquelle nous devons nous nourrir nous-mêmes ainsi que les amitiés que nous partageons.

Compagnons de route : Première partie

John et Greg racontent comment leur amitié a pris racine et s'est développée, grâce à un soutien mutuel, depuis plus de trente ans.

«Creative Connections»

Creative Connections est un lieu de création d’art avec des personnes ayant une déficience intellectuelle. Creative Connections favorise l’appartenance, la diversité et l’inclusion tout en déployant l’impact de L’Arche dans la ville de Saint John, au Nouveau Brunswick.

Poursuivre le voyage dans l’unité et l’espoir

Avec des gens de partout au monde, la famille de L’Arche a pleuré la mort et célébré la vie de notre fondateur, Jean Vanier. Nous sommes appelés à rester sur la voie qu’il a tracée.

Zoom Média de L’Arche Joliette

Cette équipe de créateurs, designers et techniciens offre des services complets de son, d’image et de vidéo pour faire briller leurs collaborateurs!

Le travail important de l’Institut Vanier de la famille est un appel à L’Arche

De nos jours, les relations de L’Arche avec les familles sont en évolution, avec un nombre croissant de personnes ayant une déficience intellectuelle qui reçoivent notre soutien tout en vivant avec leur famille, et l’accueil de ces personnes ainsi que de leur famille, dans notre vie communautaire.

Le projet Sage and Time

Faire de l’art communautaire libère la créativité et crée des ponts entre les aînés et la communauté de Sudbury.

L’inclusion commence avec soi-même

Une conférence sur l’inclusion organisée par L’Arche Agapè a été l’occasion d’approfondir la réflexion et de reconnaître que «le changement se fera en brisant les barrières et en sensibilisant les gens».

Les oiseaux me font penser à la liberté

Une pièce inspirée de l’histoire de personnes institutionnalisées parce qu’elles ont une déficience intellectuelle, de leurs familles et de leurs amis.

Un voyage jusqu’au plus grand des cadeaux

Lors d’une soirée de gala, L’Arche Daybreak a célébré les 50 ans de la communauté bien-aimée et de la découverte du sacré dans les choses ordinaires de la vie de tous les jours – avec de la magie ainsi qu’un voyage dans le temps.

Passer de présence à citoyenneté à communauté

Afin de promouvoir une inclusion significative, nous devons bâtir des communautés qui accueillent les dons et contributions de chacun de leurs membres.

Offrir une place à chaque personne

En célébrant le 50e anniversaire de L’Arche au Canada, nous partageons les expériences et les réflexions de nos membres sur la création de l’appartenance, la diversité et l’inclusion au Canada.

Construire un modèle de logement inclusif à Elmira, en Ontario

Au cours des dix dernières années, L’Arche a noué des liens avec la Société de soutien au développement d’Elmira (Elmira Developmental Support Corporation – EDSC) afin d’apprendre comment celle-ci procède pour offrir un «logement abordable avec service de soutien» aux personnes ayant une déficience intellectuelle et d’échanger sur notre vision et notre expérience.

Utiliser l’art et la découverte de notre potentiel créateur pour bâtir la communauté

Le centre de créativité « Hearts and Hands » de L’Arche Antigonish soutient l’expression artistique, l’appartenance et l’inclusion en Nouvelle-Écosse.

Construire des logements favorisant l’inclusion

Les modèles de logements innovants favorisant le choix, l’autonomie et l’inclusion sont en train de modifier le paysage des services de soutien aux personnes en situation d’handicap au Canada et sont pour L’Arche l’occasion d’avoir un plus grand impact.

Ce que signifient pour moi l’appartenance, la diversité et l’inclusion

L’Arche Canada lance une réflexion en ligne pour «Célébrer le don» de l’appartenance, de la diversité et de l’inclusion en écoutant ce que disent les personnes ayant ce vécu et celles qui partagent leur vie.

Un modèle novateur de vie en commun à Comox Valley

Des options de logement novatrices qui favorisent la liberté de choix, l’autonomie et l’inclusion transforment l’offre des mesures de soutien pour les personnes ayant un handicap au Canada. Les suites Vanier de L’Arche Comox Valley constituent un nouveau modèle de vie en commun qui renouvelle la vision de L’Arche.

Nous vous présentons… Ross !

Nous sommes heureux de vous présenter Ross Moncrieff, la deuxième de deux personnes ayant une déficience intellectuelle sélectionnées pour une séance avec un photographe professionnel.

Mesurer l’impact dans le mouvement pour l’inclusion

Les délégués de L’Arche reviennent sur leur expérience et les enseignements tirés du Forum fédéral de politiques d’inclusion, qui a eu lieu le 3 décembre sous le thème «What Gets Measured Gets Done» (Ce qui peut être mesuré peut être accompli).

«La peinture est le chant du cœur»

Ces tableaux incarnent le désir inné de l’être humain de laisser son empreinte, une trace physique de son identité fragile, en utilisant la force du geste créatif.

Nous vous présentons… Tiana!

Notre ami Gil nous a invités à réfléchir à l’importance d’être «devant la caméra», et nous a ainsi inspiré à inviter d’autres à vivre cette expérience. Nous sommes ravis de vous présenter Tiana!

Les arts communautaires créent un monde où chacun est valorisé et inclus

Le mouvement des arts communautaires et des organismes tels que les Ruches d’Art bâtissent des communautés plus fortes et une société plus humaine. L’Arche célèbre les dons uniques des artistes et les espaces de création communautaire où ils s’épanouissent.

Des dons à célébrer

En octobre 2019, nous fêterons le 50e anniversaire de L’Arche Daybreak et de L’Arche au Canada. Au cours des 12 prochains mois, nous prendrons le temps de partager, avec créativité, nos histoires. L’Arche Canada mettra en lumière comment notre vision et nos valeurs contribuent au monde d’aujourd’hui, en célébrant les dons de l’appartenance, de la diversité et de l’inclusion.

L’Arche Tova Café fait la promotion de l’appartenance et de l’inclusion à Winnipeg

Les entreprises sociales axées sur les services alimentaires et d’hospitalité constituent des moyens dynamiques et novateurs de promouvoir l’appartenance et l’inclusion. Ouvert il y a plus de 6 ans, L’Arche Tova Café est un pionnier non seulement à Winnipeg, mais aussi au sein de L’Arche au Canada.

Raconter des histoires «avec»

La narration à L’Arche met l’emphase sur l’appartenance, la diversité et l’inclusion pour nous aider à «imaginer le monde différemment».

Il est où le bonheur, il est où… ?

Le bonheur est un sujet à la mode. Même s’il y a autant de définitions du bonheur que d’individus, jamais une civilisation n’a élaboré des modèles et des idées aussi précises de ce que devrait être le bonheur.

La vie institutionnelle, un peu de contexte

Raphael Amato offre un aperçu du rôle des institutions au 20e siècle

Écouter et amplifier la voix des personnes marginalisées

Chaque message rend avant tout hommage à l’histoire d’une personne, mettant en valeur et transmettant la richesse et la diversité de ces témoignages du cœur.

La Journée internationale de la famille de L’Arche

Le premier samedi d'octobre est la Journée internationale de la famille à L'Arche. Découvrez le don de L'Arche à travers le monde et célébrez notre solidarité les uns avec les autres.

Tracer la voie pour les 50 prochaines années

Se tournant le regard vers l’avenir – vers une époque où les gens de L’Arche avec ou sans déficience intellectuelle se joindront à d’autres personnes dans une mouvance pour changer la société et la rendre plus inclusive pour tous.

L’Arche London et son espace d’accueil

Le Gathering Place est un exemple de l’impact grandissant des communautés de L’Arche à travers le Canada

Célébrer les 90 ans de Jean Vanier

Jean Vanier a 90 ans. L’Arche au Canada exprime sa sincère gratitude et ses meilleurs vœux à notre fondateur, guide et compagnon de route, notre ami Jean.

Investir dans la justice – pour les survivants des institutions

Patricia Seth, l’une des survivantes dit : « C’était comme vivre en prison, avec la différence que nous ne savions pas quand nous en sortirions. »

L’atelier d’art «Le Pot-en-ciel» de L’Arche Montérégie

Le Pot-en-ciel doit son existence à un des membres de L’Arche Montérégie, qui rêvait d’un espace collectif où lui et les artistes et passionnés d’art de la région pourraient se regrouper et pratiquer leur art dans un esprit de partage et d’enrichissement mutuel. Photographies de Jonathan Boulet-Groulx.

Plus loin que la tolérance, l’accueil et le respect de la différence

En cette Journée internationale de la tolérance, peut-on envisager de non seulement « tolérer » la différence, mais encore plus l’accueillir, et même la chérir !

Pas d’inclusion sociale sans une véritable collectivité et des relations d’amitiés

Nous vous partageons quelques extraits des présentations des panélistes récoltés lors de la table ronde sur le « Vivre ensemble », qui s’est tenue cet été au Forum Social mondial à l’initiative de L’Arche Canada.

Rendez-vous social

Retour sur les « Rendez-vous de l’innovation sociale » qui avaient lieu à Montréal le 9 juin dernier.

Un tour d'horizon mensuel des nouvelles de L'Arche au Canada, de nos partenaires et de ce qui se passe dans la société canadienne.