Recommandations de L'Arche Canada pour la loi sur l'accessibilité
Au nom des 29 communautés membres de L'Arche Canada, du Cap-Breton à l'île de Vancouver, les responsables nationaux et le C.A. de L'Arche Canada souhaitent exprimer leur gratitude envers le gouvernement du Canada pour avoir fait de cette nouvelle loi une priorité. Nos membres ont participé à ce processus par l'entremise de séances en personne et d'un sondage en ligne, ainsi que par un processus de réflexion sur notre vision pour l'inclusion des personnes ayant une déficience intellectuelle.

Stacey (la femme tenant le microphone) a décidé de prendre la parole pour un compagnon de résidence qui utilise un fauteuil roulant, ne peut pas communiquer verbalement et connaît d'autres difficultés en raison de sa déficience. Nous tenons à parler également pour les personnes ayant des déficiences plus lourdes, ceux qui ne

Dans un monde divisé, le Canada est un flambeau d’espoir. Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que notre engagement envers la diversité et l’inclusion est «une démarche puissante et ambitieuse destinée à faire du Canada et du monde des endroits meilleurs et plus sûrs.»

La vision de L’Arche est enracinée dans ces valeurs fondamentales d’appartenance. Nous rêvons d’un monde où :

  • Les personnes qui ont une déficience intellectuelle sont pleinement participants à la vie de la société –vivant, apprenant, travaillant et étant intégrés dans les groupes de leur choix,
  • Les relations entre les personnes différentes, de par leurs antécédents, leur expérience et leurs capacités, sont fondées sur le respect, la découverte et la réciprocité
  • La vulnérabilité et l’imperfection sont acceptées et vécues comme des aspects essentiels de la condition humaine
  • Les collectivités sont des lieux d’appartenance qui accueillent la contribution de chaque personne et reconnaissent que nous avons besoin les uns des autres pour nous épanouir
  • La diversité et l’inclusion sont célébrées comme étant la source, riche bien qu’exigeante, de la créativité et de l’innovation, de l’empathie et de la coopération, et
  • de la joie et de l’unité, qui rendent le monde plus beau et plus sûr.

Lorsque nous accueillons la contribution des personnes qui ont un handicap, intellectuel ou autre, elles s’épanouissent, et nous profitons tous d’une société plus vivante, plus
créative et plus compatissante.

Rendons notre monde meilleur

Même si nous avons fait beaucoup au Canada pour mettre en œuvre cette vision, nous avons encore un long chemin à parcourir. Nous ne pouvons pas y arriver uniquement par des politiques et des programmes –il faut une transformation constante du cœur et de l’esprit des individus et des collectivités– cependant nous devons avoir des politiques et des programmes qui favorisent cette transformation, qui offrent aux personnes ayant un handicap des opportunités pour s’épanouir, et à la fois offrent aux collectivités la capacité de les accueillir en tant que participants à part entière.

Nous devons bâtir un nouveau cadre social qui encourage la contribution précieuse de tous les membres de la collectivité –même ceux qui ne «cadrent pas» avec les normes d’un système économique hautement compétitif et d’une société qui valorise l’indépendance plutôt que l’interdépendance, et l’individu plutôt que la communauté.
Nous devons faciliter l’écoute des personnes qui n’ont pas encore de voix à cause de leur expérience de vie, de leur difficulté à communiquer et du manque d’outils facilitateurs. Quelles sont leurs préoccupations? Qu’ont-elles à offrir? Comment la collectivité peut-elle augmenter la capacité de recevoir et valoriser leurs contributions? C’est seulement alors que nous aurons une culture d’inclusion qui célèbre toute la palette de la diversité humaine.

Le point de départ de ce travail se situe dans le cadre des droits de la personne. Nous devons entendre la voix des personnes qui vivent la souffrance des formes passées et présentes d’oppression, d’exclusion et d’abus. Leur expérience doit façonner tout ce que nous faisons pour essayer de les aider à guérir, à revendiquer leur voix et leur pouvoir, et à prendre leur juste place dans la société.

Comme les autres groupes qui ont vécu de la discrimination, ils méritent que leur histoire soit entendue et que leurs griefs soient traités.

Inclure toutes les personnes ayant une déficience
Les personnes ayant une déficience intellectuelle importante ou d'autres déficiences complexes ne peuvent pas être laissés pour compte. Nous recommandons que le gouvernement du Canada élabore une loi soutenant et promouvant :
 

L’écoute de l’expérience, des rêves et des objectifs des personnes ayant une déficience intellectuelle:

  • se centrant sur leurs dons et leurs capacités
  • reconnaissant que ce groupe est divers, qu’il a une grande gamme de capacités, de vécus, de personnalités, d’intérêts, de contextes culturels et de foi, de réseaux sociaux, d’éducation, et de besoins de soutien
  • respectant le fait que les personnes ont différentes histoires d’oppression et d’exclusion, y compris des niveaux élevés d’abus
  • sachant que de nombreuses personnes utilisent des modes de communication alternatifs.
     

Des réseaux sociaux forts pour les personnes ayant une déficience intellectuelle

  • qui s’assurent que la voix de la personne soit centrale,
  • qui incluent les familles, les amis, les compagnons de travail, et les membres de leurs groupes d’intérêt qu’elles choisissent d’inclure
  • basés sur la réciprocité et le désir d’apprendre ensemble
  • qui renforcent l’appartenance dans les groupes de leur choix.
     

Des opportunités d’éducation et de formation, d’emploi et de participation à la vie de la collectivité pour les personnes ayant une déficience intellectuelle établit à partir des politiques publiques et sociales qui soutiennent

  • établies en fonction des forces et des difficultés uniques des individus
  • optimisant l’inclusion et les connections sociales, le choix, la dignité et l’autonomie tout en reconnaissant le besoin de sécurité et d’interdépendance
  • cherchant des façons créatives d’augmenter le taux d’emploi et de développer une série d’options alternatives qui permettent aux personnes de contribuer d’une manière signifiante.
     

Une éducation à la diversité et à l’inclusion pour tous les Canadiens

  • réfléchissant sur la culture – ce que ça veut dire que de «faire partie de», ainsi que sur les défis tout comme les dons de vivre avec la différence.
  • ancrée dans la sensibilité culturelle à un groupe unique et en même temps divers
  • reconnaissant l’histoire d’oppression et d’exclusion résultant du capacitisme
  • ("ableism") et d’autres barrières sociétales
  • incluant des histoires positives d’accomplissements individuels et d’’impact de l’inclusion sur les milieux divers.
     

Le développement d’une capacité collective pour l’inclusion et l’appartenance

  • commençant par évaluer les atouts et les limites du milieu donné
  • visant l’inclusion dans des lieux de soutien et des espaces existant déjà dans le milieu
  • créant des objectifs de développement, stratégiques et à long terme
  • incluant le développement du leadership à tous les niveaux.


La réalité du handicap dans les arts et la culture comme moyen de sensibiliser le public aux questions de handicap et à la contribution des artistes ayant un handicap.