Publications Pour la suite du monde


NodeListImpl[]

Ce e-magazine semestriel vous présente des penseurs contemporains qui réfléchissent de façon ouverte et sensible sur l'éthos de notre société. L'Arche veut ainsi contribuer à animer la discussion et la réflexion sur les valeurs que nous avons en commun.


Abonnez-vous.

  • L’innovation sociale et l’entrepreneuriat social

    Une entrevue avec Al Etmanski

    Al Etmanski est un organisateur communautaire, un entrepreneur social et l'auteur de plusieurs livres, dont le récent bestseller Impact: Six Patterns to Spread Your Social Innovation. Il a cofondé Génération de l'innovation sociale, et en tant que cofondateur du Planned Lifetime Advocacy Network, il a dirigé la campagne visant à mettre en place le Régime d'épargne-invalidité du Canada. Il est également cofondateur de BC Partners for Social Impact. Il est membre du réseau Ashoka.

     

    Depuis longtemps déjà, Al Etmanski met à contribution son intelligence remarquable, son énergie et sa compassion pour susciter un changement social important sous forme de transformation des attitudes et d’améliorations concrètes dans la vie des Canadiens les plus vulnérables. Penseur global et observateur attentif, il sait reconnaître les possibilités, ce qui lui a souvent permis d'aider des organisations à se repenser. Il tisse des dialogues importants entre les gens et est l'auteur d'un excellent blogue dans lequel il attire souvent l'attention sur les approches créatives et fructueuses d'autres organismes face à différentes questions, notamment l'environnement, les initiatives de femmes et les questions autochtones. Al Etmanski et son épouse, Vickie Cammack, ont reçu l'Ordre du Canada pour leur leadership, leur innovation sociale et leur travail avec les personnes ayant une déficience intellectuelle. – Beth Porter, éd.


  • Après la CVR – Engagement citoyen (2e partie)

    Une entrevue avec la commissaire Marie Wilson

    Mme Marie Wilson siège à la CVR depuis 2009. Elle travaille depuis près de 40 ans, à la fois à l’échelle internationale et dans plusieurs régions du Canada, y compris le Nord du Québec et les territoires. Elle a œuvré efficacement auprès d’organisations autochtones, politiques et ecclésiastiques. Pendant 25 ans, elle a été au service de Radio-Canada, particulièrement au Nord, à titre de journaliste et de gestionnaire très appréciée. Elle détient un doctorat honorifique en droit. Elle et son mari, Stephen Kakfwi, ont 3 enfants et 4 petits-enfants.

    Cette édition présente la suite de l'entrevue avec la commissaire Marie Wilson, de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Mme Wilson souligne la multitude de possibilités énoncées dans les « Appels à l'action » de la CVR. La commission présentera son rapport final complet au gouvernement fédéral à la fin de cette année. Il appartient maintenant à chacun des Canadiens de s'assurer que ses recommandations soient mises en œuvre, pour qu’on apprenne et qu’on enseigne comment ont réellement été traités les peuples autochtones au Canada, pour qu’on fasse le nécessaire pour apporter la justice, une véritable réconciliation et un meilleur avenir pour tous dans notre pays. – B. Porter, éditrice


  • Après la CVR – Le chemin à parcourir (1ère partie)

    Une entrevue avec la commissaire Marie Wilson

    Mme Marie Wilson siège à la CVR depuis 2009. Elle travaille depuis près de 40 ans, à la fois à l’échelle internationale et dans plusieurs régions du Canada, y compris le Nord du Québec et les territoires. Elle a œuvré efficacement auprès d’organisations autochtones, politiques et ecclésiastiques. Pendant 25 ans, elle a été au service de Radio-Canada, particulièrement au Nord, à titre de journaliste et de gestionnaire très appréciée. Elle détient un doctorat honorifique en droit. Elle et son mari, Stephen Kakfwi, ont 3 enfants et 4 petits-enfants.

    Le gouvernement du Canada a créé la Commission de vérité et réconciliation du Canada car il a finalement dû reconnaître les dommages immenses causés aux peuples autochtones par le système des pensionnats soutenu par le gouvernement. Il a été dit que, ces pensionnats ayant affecté sept générations, sept autres générations seront nécessaires pour que guérissent ces blessures et que prenne racine une version véridique de l'histoire nationale. C'est à notre génération de commencer. Marie Wilson est l'une des trois commissaires qui, pendant cinq ans, ont inlassablement parcouru le pays pour documenter les abus perpétrés à cette époque. Nous lui sommes reconnaissants de nous avoir accordé cette entrevue. – B. Porter, éditrice


  • Philanthropie: nourrir notre vie culturelle

    Une entrevue avec Scott Griffin

    Dans les années ’90 Scott Griffin, OC, quittait son entreprise et traversait l’Atlantique pour travailler deux ans avec le Flying Doctors Service d’Afrique. Il a siégé sur les conseils d’administration d’ONG, comme le conseil d’administration international d’AMREF. En 2000, il a établi le Griffin Trust for Excellence in Poetry. En 2001, il est venu à la rescousse des publications canadiennes de langue anglaise, devenant propriétaire et président de House of Anansi Press. Il a fondé Les Voix de la Poésie en 2010, un concours de récitation bilingue de poésie pour étudiants.

     

    En 2001, nous lancions Pour la suite du monde avec l’objectif de "renforcer la solidarité humaine au Canada". Scott Griffin a revalorisé la place de la poésie dans notre société parce que selon lui, la poésie peut améliorer notre vie culturelle. Lorsque la vie culturelle véhicule des valeurs humanistes qui stimulent l’imagination, les gens et les groupes voient la nécessité et la possibilité de bâtir une société meilleure. La philanthropie, à petite ou grande échelle, a un rôle important à jouer. – Beth Porter, éd.


  • ÉDITION SPÉCIALE

    Célébrations autour du cinquantenaire de L’Arche

    En 1964, touché par la solitude des personnes ayant une déficience intellectuelle abandonnées en institution, Jean Vanier invitait deux hommes issus d’une institution à vivre avec lui dans une maison du village de Trosly-Breuil, en France. Ils appelèrent cette maison « L’Arche », d’après L’Arche de Noé. Jean, ses nouveaux compagnons Raphaël Simi et Philippe Seux et une bande d’amis travaillèrent ensemble à remettre la maison en état et créer une communauté. La première communauté hors de France fut fondée au Canada en 1969.

    L’an dernier, nous avons annoncé une interruption de la publication de Pour la suite du monde, afin de nous concentrer sur les célébrations du cinquantenaire de L’Arche. Les régions et communautés de L’Arche à travers le Canada ont organisé plusieurs évènements spéciaux, dont notamment un colloque à l’Université Dalhousie sur le thème « Vulnérabilité et société », un rassemblement festif de trois jours à Trois-Rivières, ou encore un pique-nique estival à Nanaimo. Dans cette première édition spéciale de Pour la suite du monde pour l’année 2015, nous vous proposons un aperçu des célébrations nationales et internationales. Au cours de l’année, attendez-vous à trois publications additionnelles qui comprendront encore une fois des entrevues avec des penseurs canadiens s’exprimant sur des questions importantes. Beth Porter – éditrice


  • 1 / 3

500, boul. Gouin Est, bureau 205 Montréal (Quebec) CANADA H3L 3R9 CANADA Téléphone: (514) 844-1661 Fax: (514) 715-1841 office@larche.ca