Rencontre avec la Ministre

En 2016, l'honorable Carla Qualtrough, ministre des Sports et des Personnes handicapées, lançait un processus pour orienter l'élaboration d'une loi prévue sur l'accessibilité. Nous avons demandé à rencontrer la ministre pour lui présenter L'Arche, lui faire part de nos inquiétudes, dire notre appréciation et offrir notre soutien.

 

En 2016, l'honorable Carla Qualtrough, ministre des Sports et des Personnes handicapées, lançait un processus pour orienter l'élaboration d'une loi prévue sur l'accessibilité. Cette loi vise à favoriser l'égalité des chances des Canadiens qui ont une incapacité ou des limitations fonctionnelles, et faire tomber les barrières – physiques, technologiques et de réglementation - et les attitudes et croyances de certains sur les personnes handicapées et leur capacité à contribuer. Elle a demandé : « Que signifie pour vous un Canada accessible? Veuillez prendre le temps de participer à notre consultation en ligne ou d’assister en personne à l’une de nos séances publiques. Ensemble, nous écrirons une page d’histoire. »

Nous sommes nombreux à avoir participé, en personne ou en ligne. Un groupe de réflexion de L'Arche sur la déficience, composé de Madeline Burghardt, Pam Cushing, John Rietschlin, Agnes Thomas, Lori Vaanholt,  a participé  à la soumission de L’Arche Canada,  approuvée par le conseil d'administration de L'Arche Canada. Nous avons ensuite demandé à rencontrer la ministre pour lui présenter L'Arche, lui faire part de nos inquiétudes, dire notre appréciation et offrir notre soutien.

Rencontre avec la ministre

Il est toujours émouvant de pénétrer dans les édifices du Parlement du Canada, encore plus quand c'est pour représenter L'Arche et être entendu par les membres du gouvernement. Le 6 avril dernier, la responsable nationale Hollee Card, accompagnée de Jules Paris de L'Arche Ottawa, John Rietschlin, président du conseil d'administration de L'Arche Canada et moi-même avons rencontré la ministre Qualtrough dans son bureau du Bloc central.

Nous y étions allés tous les quatre en 2014 avec le groupe de représentants des régions de L'Arche Canada, pour célébrer le 50e anniversaire de L'Arche avec le président du Sénat, d'autres membres et des aumôniers de différentes confessions religieuses.  Nous étions là aujourd'hui pour nous tourner vers l'avenir et non vers le passé.

La ministre s'est tout de suite bien entendue avec Jules, qui est attentionné et charmant en français et en anglais, ce qui a donné un ton chaleureux et positif à notre rencontre. Jules et John R. ont parlé de leur amitié et de la vie à L'Arche, où l'on travaille, apprend et crée ensemble un lieu où chacun se sent chez soi. Nous avons expliqué qu'à L'Arche, la relation avec les personnes ayant une déficience intellectuelle n'est pas une relation client/employé, mais d'amitié et de collégialité. « Nous faisons des choses ordinaires avec un amour extraordinaire », a dit Hollee, qui a invité la ministre à visiter L'Arche dans sa circonscription de Vancouver ou à Ottawa ou Gatineau.

La ministre nous a écoutés avec intérêt et a mentionné la nécessité de travailler  ensemble – le gouvernement fédéral, les provinces/territoires, et tous les niveaux du gouvernement, avec le secteur sans but lucratif et la communauté élargie. Nous avons parlé du besoin de logements moins chers, plus accessibles et inclusifs. Nous lui avons aussi fait part de notre inquiétude devant la façon dont on met de côté les gens ayant des besoins plus complexes et des doubles diagnostics, pour favoriser la compétition au niveau de l'emploi et l'autonomie, alors que ces gens ont beaucoup à offrir à leur communauté.

Il est clair pour nous que L'Arche a beaucoup à apporter à la conversation et qu'il faut nous engager davantage pour avoir un plus grand impact, s'impliquer avec les ministres, les gouvernements et les organismes nationaux, prendre part à la conversation et agir dans notre milieu – c'est là que nous aurons la plus grande influence.

Nous pouvons donner vie à la vision de Jean Vanier : “Pouvons-nous avoir ce rêve d'un monde où les gens, quelles que soient leur race, leur religion, leur culture, leur compétence ou déficience, quelles que soient leur éducation ou leur situation économique, quels que soient leur âge ou leur sexe, puissent trouver leur place et révéler leurs dons ?”. (traduction libre)

 

 


OSunknown