«Moi je veux être dans la caméra!»

La sœur de Gil, Marie, raconte à quel point son petit frère aimait déjà les caméras dès son jeune âge. Quand c’était le temps des fêtes, un des beaux frères amenait une caméra. Et à chaque fois Gil demandait à être filmé.

Par Jean-Emmanuel Allard

Une fois, le beau-frère a oublié la caméra. Gil était vraiment contrarié. C’était une des premières fois que la famille voyait Gil dans cet état. Marie a alors essayé de le raisonner en lui sous entendant que ce n’était pas vraiment nécessaire qu’il soit filmé à chaque fois. Et Gil lui a répondu : « Oh non non ! Moi je veux être dans la caméra ! »

Forts de cette conviction, nous avons décidé d’offrir à Gil une séance de pose professionnelle, avec arrière-plan, éclairage et tout l’équipement photo.

Gil s’est prêté au jeu avec beaucoup d’entrain et de concentration, s’appliquant à choisir lui-même des vêtements et à prendre des poses. Il était également très attentif aux instructions qu’on lui donnait, par exemple sur l’espace de prise de vue pour rester dans la zone d’éclairage. Le tout a duré plusieurs heures. Et Gil est resté présent tout le long, surveillant nos gestes, ou même nous aidant lors de la période d’assemblage et de démontage du studio mobile.

Gil et Nora

Le tout s’est passé dans le salon du foyer de Gil, de façon à lui faciliter l’accès à ses vêtements. Une des membres de L’Arche Agapè, Nora, assistait tranquillement à la séance, tout en brodant. Gil et Nora ont posé ensemble pour une photo souvenir.

Gil et DubertLe responsable de foyer à cette époque, Dubert, est rentré d’un événement pour lequel il avait revêtu son beau costume. Nous les avons également photographiés ensemble. Un an plus tard, nous avons réalisé toute une série de photos en extérieur avec ce même duo, Gil et Dubert, pour une annonce dans un magazine. Nous diffuserons prochainement un clip à ce sujet.

Pour en revenir à la séance de photo au Foyer l’Argile, il s’est passé quelque chose de spécial à la fin, alors que nous avions déjà démonté tout le système d’éclairage et rangé les caméras.

Il ne restait plus que le grand rouleau de papier blanc que nous avions déroulé pour l’arrière-plan. Nous nous apprêtions à le ré-enrouler avec l’aide de Gil quand subitement il s’est arrêté comme s’il cherchait quelque chose. Puis lentement, il s’est baissé, s’est agenouillé et a mis ses deux mains sur la partie de la toile de fond qui s’étendait sur le sol. Nous attendions, cherchant à comprendre ce qu’il essayait d’exprimer. Il ne bougeait pas, entièrement concentré sur l’espace de papier blanc qui se trouvait sous ses mains, comme si c’était la chose la plus importante au monde et que plus rien d’autre n’existait.

Quand nous avons fini par le questionner pour savoir ce qui se passait, il a lentement relevé la tête, ses yeux étaient mouillés. « Ça part pas ... reste ici, toujours. » Avec peu de mots il nous a fait comprendre qu’il ne voulait pas que la toile de fond soit mise de côté; il voulait que ça reste en place.

Gil avait manifestement vécu un événement important au travers de cette séance de photo. Et c’est comme s’il prenait conscience que cet espace-temps privilégié était en train de se terminer. En se penchant sur la surface vierge de papier blanc qui avait été en quelque sorte le théâtre de son expression, il nous informait à quel point ce genre d’espace d’écoute et de mise en valeur était important.

Nous avons tous besoin de ce regard positif, en particulier les personnes qui ont été marginalisées par la société.

Merci Gil de nous l’avoir rappelé !

___

Initiateur du projet : Gil Frois
Tournage : Voix et Couleurs Nouveaux Médias
Production : Association Jean Vanier
Adaptation du contenu en web série : L’Arche Canada
Partenaires de tournage et de diffusion : L’Arche Agapè et L’Association des Arches du Québec

Percussions : Kéman Seck

 


OSunknown