Nouvelles

Investir dans la justice – pour les survivants des institutions

Par John Guido

Le temps était au beau fixe en ce jour de la Fête des Mères, contrairement au temps froid et humide des deux années précédentes. Nous étions rassemblés sur un stationnement autour d’un faux cercueil fabriqué à la main, sous une bannière où était brodé « Souviens-toi de chaque nom ». Un aîné autochtone a marqué le cercueil, puis chacune des 50 ou 60 personnes présentes, nous reliant ainsi au sacré. Nous reliant aussi au processus de vérité et de réconciliation qui se déroule encore, en réponse aux torts causés aux survivants des pensionnats et aux autres torts infligés aux gens des Premières Nations de ce pays.

Au son de la cornemuse, nous avons marché jusqu’en haut de la colline, derrière une douzaine de survivants d’une institution pour personnes ayant une déficience intellectuelle, sur le site de cette institution, juste en dehors de la ville d’Orillia en Ontario. Nous nous sommes arrêtés sous les arbres, sur une pelouse parsemée de quelques pierres tombales. Nous étions rassemblés en mémoire de ceux qui sont enterrés là, pour écouter les souvenirs douloureux des survivants, prier et entendre des chants de différentes traditions religieuses. Notre présence nous engageait à ne jamais oublier ce qui s’est passé dans ce lieu.

 

Les drapeaux jaunes correspondent aux noms connus des personnes enterrées au cimetière de la Huronie. Les marques vertes indiquent où une canalisation d’égout traverse les tombes.

 

Un peu partout, les organisateurs du mémorial Lost But Not Forgotten avaient placé des petits drapeaux jaunes sur les tombes où les noms des personnes enterrées sont inscrits. La plupart des pierres tombales n’ont pas de nom, ni de date de naissance ou de décès, ce sont de petites pierres plates avec un numéro de série. Plusieurs ont été volées pour faire des patios. À une époque, on a installé des lignes d’égouts sous les tombes. Les outrages infligés aux personnes enterrées ici se sont poursuivis même après leur mort.

Ce sont les tombes des laissés-pour-compte – des hommes, des femmes et plusieurs enfants qui ont été placés au Centre Huronia et qui ne sont jamais revenus chez eux. Ces fils et ces filles, ces frères et ces sœurs, ont vécu, sont morts et ont été enterrés au Centre Huronia, souvent sans cercueil, sans funérailles, sans quelqu’un pour les pleurer. C’est l’histoire de gens qui ont été dépouillés de leur dignité, de leur humanité, comme cela se fait dans une société totalitaire. Ceci est pourtant arrivé en Ontario et fait partie de son histoire.

Le but de ces numéros de série était d’assurer l’anonymat des morts. Ces centres sont toujours pavés de bonnes intentions : protéger et prendre soin des citoyens plus vulnérables, soulager les parents de leur fardeau et éviter que la communauté soit témoin de la fragilité humaine. Qui pouvait protester quand les médecins, les prêtres et ministres conseillaient : « Votre enfant sera beaucoup mieux là. » Mais la réalité était loin de ces bonnes intentions.

Loin de la vue de tous, regroupés dans des lieux surpeuplés, ces personnes vulnérables n’étaient ni en sécurité ni bien traitées. Les institutions ont longtemps été appelées « Écoles-hôpitaux ». Mais c’étaient des hôpitaux où on blessait les gens, au lieu de les soigner. Et des écoles où l’enseignement était brutal, contrôlant, où les enfants étaient victimes de privations, d’humiliations et d’abus fréquents. Patricia Seth, l’une des survivantes dit : « C’était comme vivre en prison, avec la différence que nous ne savions pas quand nous en sortirions. »

Des excuses et l’importance de ne jamais oublier

En 2013, suite à un recours judiciaire, le gouvernement de l’Ontario a dû présenter des excuses publiques aux hommes, femmes et enfants qui ont été forcés de vivre dans des institutions provinciales. Chaque chef de parti a pris la parole dans un rare moment d’unité, exempt de partisannerie. Dans son discours, la première ministre Kathleen Wynne a dit : « Leur humanité a été minée; ils ont été séparés de leurs familles et dépouillés de leurs capacités, de leur confort, de leur sécurité et de leur dignité. »

Ces mots reflètent de façon troublante le traitement infligé aux enfants des pensionnats, avec des différences importantes, comme l’éradication des cultures autochtones et l’impact intergénérationnel. À l’émission de radio The Current en mars 2017 sur CBC, le sénateur Murray Sinclair, président de la Commission de vérité et de réconciliation, parlait de l’importance de ne jamais oublier les effets dévastateurs de ces institutions gouvernementales sur les peuples autochtones.

« Nous ne devons jamais oublier… parce que ça fait partie de qui nous sommes. Ça ne fait pas seulement partie de qui nous sommes en tant que survivants, enfants des survivants et familles des survivants, mais ça fait partie de qui nous sommes en tant que nation. Et cette nation ne doit pas oublier les actions qu’elle a portées contre ses citoyens les plus vulnérables. »

Un chemin douloureux vers la vérité et la réconciliation

Le gouvernement a présenté des excuses publiques suite au recours collectif de 35 millions demandé par les survivants du centre Huronia, des centres régionaux Rideau et du Sud-Ouest. Un deuxième recours impliquait les résidents de 16 centres plus petits. Parce qu’il y a eu une entente à l’amiable, il n’y a pas eu de procès, et aucun survivant ou famille n’a pu raconter son histoire. Contrairement aux pensionnats, aucun processus de vérité et de réconciliation n’a été créé pour écouter les résidents raconter leur histoire, et éduquer la population sur ce qui avait été vécu dans ces institutions.

 

Sol Express écoute des histoires de survivants d’institutions.

 

Après un processus de réclamations complexe et souvent douloureux – où les survivants ou leurs familles devaient prouver l’importance des abus et revivre des événements difficiles et souvent traumatisants – il restait plus de 7 millions. La cour a déterminé que ces fonds seraient versés dans le Projet du Fonds d’Investissement Stratégique. Des groupes ont été invités à proposer des projets pour le bénéfice des survivants, et sur les 80 projets présentés, 32 ont été retenus. Les survivants et leurs alliés ont nommé ces projets Investing in Justice (Investir dans la justice), un chemin indirect vers une certaine mesure de vérité et de réconciliation.

Reprise de l’histoire fondatrice de L’Arche

L’Arche a commencé quand Jean Vanier a accueilli Raphaël Simi, Philippe Seux et d’autres hommes vivant dans des institutions, les invitant à vivre avec lui. Philippe se souvient : « Jean m’a sorti de ce centre où j’avais été placé par des travailleurs sociaux. La vie là-bas était terrible. Nous étions toujours à l’intérieur, enfermés entre quatre murs. Il n’y avait rien à faire. On s’ennuyait à mourir, on n’avait pas de vie. Il m’arrivait même de pleurer. Quand je suis arrivé à L’Arche, il n’y avait pas d’électricité – nous utilisions des bougies pour nous éclairer. C’était super ! Il n’y avait pas de toilettes ni de douche, mais j’avais envie d’exploser de joie ! »

Depuis plus de 50 ans, L’Arche permet à des survivants d’institutions d’avoir un chez-soi. Ces personnes ont appris la confiance, découvert qu’elles pouvaient espérer et rêver, et pris le risque de réaliser leurs rêves; tout cela, grâce aux relations mutuelles, à la vie communautaire et à des thérapies plus formelles. Ces survivants, grâce à leur remarquable résilience, ont écrit de nouveaux chapitres au livre de leur vie. Ces cheminements uniques, souvent difficiles, sont tissés dans la trame même de L’Arche.

Consciente de notre histoire et des membres de nos communautés qui ont vécu un tel cheminement, L’Arche Ontario s’est sentie appelée à participer à Investing in Justice. Soutenues par le conseil régional, deux communautés ont soumis ou contribué à cinq soumissions qui ont été acceptées.

Investing in Justice (Investir dans la justice)

L’Arche London, avec Participation House Support Services, Hutton House et le London Arts Council, participe à Healing through the Arts, qui honore la résilience et l’esprit des survivants en organisant des « ateliers ouverts », où, pendant six semaines les participants célèbrent les dons de chacun par des activités artistiques tirées de leurs histoires, expériences et idées; tout ceci dans une atmosphère de convivialité et de soutien mutuel qui encouragent la liberté d’expression.

L’Arche Toronto pilote trois projets :

  • Listen to My Story: Supporting Institutional Survivors (Écoute mon histoire : soutien des survivants d’institutions) : il s’agit de sessions de formation pour les personnes qui soutiennent des survivants, menées par 3 survivants d’institutions et 3 membres des familles d’anciens résidents d’institutions. Des ressources seront développées, incluant des vidéos et des manuels.
  • Healing and Belonging (Guérison et appartenance) : ce projet aide deux survivants ayant des besoins plus complexes à poursuivre leur guérison, agrandir leur réseau d’amis et participer à leur milieu de façon constructive. L’apprentissage qui en sera tiré sera partagé pour aider d’autres personnes.
  • Birds Make Me Think About Freedom (Les oiseaux me font penser à la liberté) : il s’agit ici d’une performance multimédia pour révéler aux gens la vie et la force des survivants. L’écoute de l’expérience des survivants et de leurs familles est basée sur les « guides du survivant ». Sol Express de L’Arche Toronto et les artistes collaborateurs en présenteront une version initiale au Toronto Fringe Festival cet été. Elle sera ensuite étoffée pour d’autres spectacles.

 

« Birds Make Me Think About Freedom » au Toronto Fringe Festival. (Photo de Toinette Parisio)

 

L’Arche Toronto soutient aussi Lost But Not Forgotten, la commémoration annuelle des personnes enterrées au cimetière du Centre Huronia à Orillia. Le groupe, qui fait partie de Remember Every Name, fait aussi des recherches dans le cimetière pour savoir ce qui s’est passé là-bas.

Étapes vers la vérité et la réconciliation

Ces cinq projets, bien que différents sont interconnectés. Chacun fait partie de la grande mosaïque de vérité et de réconciliation des 32 projets d’Investing in Justice. L’Arche et ses partenaires contribuent à la vérité et la réconciliation en :

  • Créant des lieux sécuritaires, des rituels et des soutiens permettant aux survivants de parler si/de la façon dont ils veulent le faire (en prenant soin de ne pas leur faire revivre un traumatisme).
  • Écoutant la parole et l’expérience des survivants.
  • Se laissant mener et guider par les survivants dans chaque aspect des projets.
  • Offrant des occasions formelles et informelles de guérison et de croissance.
  • Créant des outils, vidéos et archives pour partager ce que nous apprenons.
  • Partageant l’histoire des institutions et la résilience et le don des survivants, de façons diverses et créatives, pour éduquer la population et défendre l’inclusion et le droit à l’appartenance pour tous, surtout les plus vulnérables.

Nous espérons qu’après avoir été écoutés dans un environnement sécuritaire et soutenant, avoir pu s’exprimer avec créativité et joué un rôle dans leurs milieux, les survivants pourront, forts de leur expérience, poursuivre leur guérison et vivre une vie digne.

Nous croyons que ces projets vont nous aider à ne pas oublier la réalité passée et actuelle de la vie en institution, lorsque la société sépare les personnes vulnérables de leurs familles, de leurs amis et de leur communauté, « pour leur bien ».

Nous nous engageons à éduquer les gens, non seulement pour éviter de tels abus, mais aussi pour accueillir et célébrer les dons uniques des personnes ayant une déficience intellectuelle, qui ont tant à apporter dans la création d’une société plus humaine.


Nomination de Jeff Gilbreath au poste de responsable régional pour l'Ontario

Le comité de mandat et de nomination pour la région Ontario, présidé par Jenn Power, arrive à la fin de sa mission. Le comité a recommandé unanimement la nomination de Jeff Gilbreath comme responsable régional pour les 4 prochaines années, recommandation que j’ai confirmée et que Jeff a acceptée avec enthousiasme.

Communiqué - L'Arche North Bay

C’est avec tristesse que L'Arche Canada prend note que le conseil d'administration de L'Arche North Bay a déterminé que l'état actuel de L'Arche North Bay est insoutenable et non viable dans le futur. À la suite de ce constat, le conseil d’administration a décidé de cesser toutes ses opérations et de dissoudre la corporation.

Le nouveau coordonnateur des communications de L’Arche Canada, Michael McDonald

Nous sommes très heureux de vous annoncer que, suite à un processus rigoureux de recherche et de sélection suivi d’entrevues, Michael McDonald a été engagé comme coordonnateur des communications de L’Arche Canada.

C-81, la Loi canadienne sur l’accessibilité, obtient la sanction royale

La Loi canadienne sur l’accessibilité a maintenant force de loi. Le gouvernement et la collectivité des personnes handicapées ont beaucoup à faire ensemble pour la mettre en œuvre.

Conférence organisée par L’Arche Atlantique

«Celebrate the Gift», du 5 au 9 août 2019, promet d’être un rassemblement extraordinaire pour apprendre ensemble, célébrer et créer des amitiés et une communauté.

Centre de recherche Jean Vanier au Collège universitaire King’s de l’UWO

Le Collège universitaire King’s de l’Université Western a annoncé la création du nouveau Centre de recherche Jean Vanier, sous la direction de notre bonne amie, Dre Pamela Cushing.

Annonce d’un investissement majeur dans L’Arche Canada

Programme de partenariats pour le développement social – Questions liées aux personnes handicapées – Subvention

L’émission sur la violence faite aux femmes religieuses dans l’Église est diffusée au Canada

L’Arche Canada réitère sa profonde compassion pour les victimes d’abus et son engagement envers une politique de tolérance zéro sur le harcèlement et les abus sexuels.

L’Arche Greater Vancouver lance la campagne «We All Belong»

Avec un objectif de 30 millions de dollars pour financer la construction d’un nouveau bâtiment de trois étages, il s’agit du rêve le plus ambitieux de toute l’histoire de l’organisme fondé il y a 45 ans.

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées visite le Canada

Mme Devandas Aguilar a été invitée par le gouvernement du Canada et a visité 5 villes à travers le Canada sur des thèmes liés aux articles de la CDPH.

Jordan Hart présente «Les dimanches de L’Arche» à son défi de 100 jours de musique de rue

«Je n’ai jamais appris à aimer plus purement et profondément qu’à travers les personnes avec une déficience intellectuelle.»

Dr Pamela Cushing, amie de L’Arche, recevra le Prix Tanis Doe

Ce prix rend hommage à une personne qui ose «dire l’indicible» pour faire avancer les études et la culture du handicap et qui a enrichi la vie des Canadiennes et des Canadiens en situation de handicap par la recherche, l’enseignement ou l’activisme.

Accidental Friends: Stories from My Life in Community

Ce livre de Beth Porter, membre de longue date de L’Arche Daybreak, sera bientôt disponible en Amérique du Nord.

Conférence sur les familles au Canada 2019

L’Institut Vanier de la famille a organisé la Conférence sur les familles au Canada réunissant des chefs de file afin d’approfondir notre compréhension des familles dans toute leur diversité, d’accélérer le passage de la recherche à la pratique et de favoriser le bien-être de la famille Conférence sur les familles au Canada 2019.

Commémoration du 10e anniversaire de la fermeture des institutions en Ontario

L’événement Flying to Freedom a été présenté par des survivants des institutions, People First (Personnes d’Abord) de l’Ontario, le Conseil d’Intégration Communautaire Ontario, Intégration Communautaire Ontario, le Centre communautaire Miles Nadal Jewish et L’Arche Toronto.

Zoom Media réalise la capsule vidéo annuelle de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle

Cette équipe inclusive a préparé le contenu, réalisé la capsule vidéo et effectué le montage, accompagnée par l’équipe d’Approprimage.

Conférence, amour et inclusion

L’Arche Agapè tiendra, en ce 21 mars 2019, une conférence publique sur l’inclusion à l’Université du Québec en Outaouais.

Le budget fédéral poursuit le soutien de Prêts, disponibles, et capables dans l’ensemble du Canada

«Cet investissement permet à PDC de continuer de veiller à ce que la vision d’un marché du travail inclusif et efficace se concrétise avec un taux d’emploi pour les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un TSA comparable à celui de la moyenne nationale.»

Nouvelles de l’Alliance pour une loi fédérale sur l’accessibilité

Où en est le projet de loi C-81, Loi sur l’accessibilité pour le Canada

Campagne de recrutement au Québec

Nouvelle vidéo publiée en ligne!

BROKEN: Institutions, Families, and the Construction Intellectual Disability

Un nouveau livre par Madeline Burghardt, membre de longue date et ancienne assistante de L’Arche Toronto et de L’Arche Daybreak.

Mon Ami Gil est de retour!

Dans la foulée du succès qu’a connu Mon Ami Gil au printemps 2018, une nouvelle série de courtes capsules vidéo est lancée. La deuxième partie de la série explore plus en profondeur l’histoire de Gil Frois et comment il est devenu l’homme qu’il est aujourd’hui, alors qu’il partage sa vie et ses talents au sein de L’Arche Agapè de Gatineau, au Québec, ainsi qu’en d’autres lieux d’appartenance dans la plus vaste communauté.

Tournée de conférences de Michael McDonald

Dans quatre communautés de L’Arche en Alberta et Saskatchewan sur les deux prochaines semaines

Le Futur de la NPPV en 2019

Nouvelles du «Vulnerable Persons Secretariat»

L’Arche Tova Café aux nouvelles

L’Arche Tova Café est présenté dans une critique de 27 cafés partout au Canada qui sont des entreprises à vocation sociale employant des personnes handicapées.

L’Arche Beloeil devient L’Arche Montérégie

Le 10 décembre dernier, L’Arche Beloeil annonçait qu’elle devenait L’Arche Montérégie. Le choix de procéder à ce grand changement a été fait afin de sensibiliser des gens de toute la région à leur cause.

Mesurer l’impact de la législation fédérale visant à promouvoir l’inclusion

Le 3 décembre, la Journée internationale des personnes handicapées, L’Arche Canada a participé au 9e Forum fédéral annuel sur les politiques d’inclusion organisé par l’Association canadienne pour l’intégration communautaire et Personnes d’abord du Canada.

Le Canada adhère au Protocole facultatif se rapportant à la Convention relative aux droits des personnes handicapées

L’adhésion au Protocole facultatif fournira aux Canadiens handicapés un recours supplémentaire pour déposer une plainte auprès du Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies s’ils estiment que leurs droits en vertu de la Convention ont été violés.

Nouveau livre «I Believe in You»

Un nouveau livre de Luca Badetti, membre de L’Arche Chicago, explore ce que signifie être humain à travers des récits et des réflexions sur L’Arche.

Projet de loi sur le Canada accessible adopté en troisième lecture

L’Arche Canada s’est joint à l’Alliance pour une Loi Fédérale sur l’Accessibilité (L’ALFA) et appuie les modifications recommandées par celle-ci.

Le Sacrement de la Tendresse, un nouveau film sur Jean Vanier

L’un des atouts du film reste l’enthousiasme de la réalisatrice, dont la force de conviction est réelle.

Lettre de Jean, octobre 2018

« 90 ans ! Mon Dieu comme j’ai de la peine à y croire. J’ai un tel désir de crier ma gratitude ! »

Louis Pilotte, nouveau Responsable national

«Dès mes premiers jours à L’Arche, j’ai eu la conviction de faire une expérience qui relève d’un projet de société, d’une vision du monde.»

Nouveaux Responsables de communauté à Saint John et Wolfville

… et hommage à Ingrid Blais, responsable de communauté pour Homefires

Loi canadienne sur l’accessibilité en 2e lecture

La Loi canadienne sur l’accessibilité (LCA) vise à faire du Canada un pays exempt d’obstacles

Le bulletin Impact de la Fondation L’Arche Canada, printemps 2018

À la une : de l’aide pour L’Arche Lithuanie

La réglementation du Canada sur l’aide médicale à mourir est insatisfaisante

6 septembre 2018 – L’Arche Canada appuie l’Association canadienne pour l’intégration communautaire (ACIC) et le Conseil des Canadiens avec déficiences (CCD) qui pressent le gouvernement fédéral de renforcer le système de surveillance de l’aide médicale à mourir.

Une nouvelle responsable de communauté pour L’Arche Daybreak

L’Arche Canada et le conseil d’administration vous présentent Trish Glennon, en tant que nouvelle responsable de communauté de L’Arche Daybreak

La vidéo du 10e anniversaire de L’Arche Saskatoon est fantastique!

Pour célébrer leurs dix premières années, L’Arche Saskatoon a produit une magnifique vidéo de 8 minutes sur « Qu’est-ce que la communauté ? »

Troisième rapport intérimaire sur l’aide médicale à mourir au Canada

Le gouvernement du Canada a publié le troisième rapport intérimaire sur l’aide médicale à mourir au Canada (1er juillet au 31 décembre 2017)

La ministre Duncan dépose le projet de Loi canadienne sur l’accessibilité

20 juin 2018 – Cette loi historique permettrait au gouvernement du Canada d’adopter une approche proactive pour mettre fin à la discrimination systémique des personnes handicapées.

Lettre de nouvelles de L’Arche Canada, été 2018

« La communauté se crée quand nous devenons interdépendants, que nous reconnaissons humblement et accueillons notre besoin de l’autre. »

Lettre de Jean, mai 2018

«Je marche chaque jour dans mon petit jardin, les yeux tournés vers le bas car je dois faire attention où je marche, alors je vois les primevères.»

Le bulletin Impact de la Fondation L’Arche Canada, printemps 2018

À la une : le projet Trying It On For Size (TIFS) de L’Arche Toronto pour les jeunes ayant une déficience intellectuelle

Communiqué sur Summer in the Forest

Le documentaire Summer in the Forest, du cinéaste britannique Randall Wright, sera projeté dans neuf villes canadiennes à compter du 30 avril 2018.

Oser écouter, et oser prendre la parole

L’équipe des communications de L’Arche Canada, dans le cadre de la campagne sur les valeurs fondamentales, a récemment mis en ligne le témoignage illustré d’une personne ayant vécu un abus. Ce témoignage exprime en des mots très simples une réalité universelle : le manque d’écoute est à l’origine de grandes souffrances.

Premières Nations – Oser la rencontre

Nous expérimentons toutes et tous à L’Arche ce que veut dire « Oser la véritable rencontre avec la différence », qu’il s’agisse d’une personne, d’un groupe ou d’une culture différente.

« Dix-neuf grues en papier », un film en hommage aux victimes de Sagamihara, Japonc

L’Arche Internationale lance le 9e film de sa websérie #JeSuisCommeJeSuis, tourné à L’Arche au Japon, en hommage aux 19 victimes du massacre de Sagamihara.

Grandir et apprendre : l’Initiative de développement de L’Arche Canada

« Une organisation en apprentissage est une organisation capable de créer, acquérir et transférer des connaissances et de modifier ses comportements en réponse à des connaissances et idées nouvelles » – Harvard Business Review

Les formations au leadership du printemps ont commencé

Le développement du leadership à L’Arche Canada est entré dans une importante nouvelle phase. Après plusieurs années consacrées à introduire un modèle basé sur les valeurs fondamentales de L’Arche et des outils de bilan et de renforcement des équipes, un programme complet de formation – comportant plus de 100 modules en ligne – est mis en œuvre à travers le pays.

Communications et engagement dans la société

Cette année de transition n’a pas été facile pour l’équipe Communications et engagement dans la société de L’Arche Canada, ni pour ses opérations. De plus, l’impact de cette transition sur ses importants travaux sera davantage ressenti à mesure que nous irons de l’avant avec de nouvelles initiatives et de nouveaux partenariats.

CHUM… une histoire de cœur et d’amitié

Il y a plus de 25 ans, le Centre de réadaptation de Joliette faisait son entrée dans les murs du Cégep; inspiré par Claude Martin, un éducateur passionné et déterminé à offrir une place de choix aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle. C’est à travers le programme CHUM qu’elles se sont tout doucement taillé une place au fil des jours et des rencontres.

Joindre notre voix

Le 8 février dernier, des membres de L’Arche ont assisté à une séance publique de consultation sur l’accessibilité, comme des gens d’autres communautés de L’Arche l’ont fait dans leurs villes.

Rencontre avec la Ministre

En 2016, l’honorable Carla Qualtrough, ministre des Sports et des Personnes handicapées, lançait un processus pour orienter l’élaboration d’une loi prévue sur l’accessibilité. Nous avons demandé à rencontrer la ministre pour lui présenter L’Arche, lui faire part de nos inquiétudes, dire notre appréciation et offrir notre soutien.

Révélations d’abus à Trosly, France

Dans leur lettre datant du 24 mars 2015, les responsables de L’Arche internationale informaient les communautés de L’Arche dans le monde des résultats d’une enquête canonique (effectuée par l’Église) sur les abus sexuels du père Thomas Philippe, qui était présent aux débuts de la première communauté de L’Arche à Trosly (le père Thomas est mort en 1993, il n’y a donc pas eu de procès).

Que signifie un Canada accessible pour vous ?

Le gouvernement du Canada a lancé un processus de consultation qui se déroulera jusqu’en février 2017. Les Canadiens sont invités à participer aux consultations en visitant le site Canada.ca/Canada-Accessible.

L’Arche au Forum Social Mondial 2016

Cet été, entre le 9 et le 14 août, aura lieu à Montréal le « Forum social mondial » (FSM), le plus grand rassemblement de citoyens et citoyennes du monde visant à trouver des solutions aux problèmes sociaux de notre temps.

Jean Vanier répond aux questions de la CBC

S’il y a un sujet qui aura récemment engagé la société canadienne dans un véritable débat de fond, c’est bien le projet de loi C-14 sur l’aide médicale à mourir.