L'Arche au Canada
Nouvelles des communautes
> Jean Vanier
Solidarité
 
Faites un don
Formulaire d'application
Cyberlettres
 
Pensée du jour
Un foyer pour le cœur
Parce que les personnes touchées par la déficience intellectuelle ont des handicaps réels et que pour beaucoup le mariage ne sera pas possible, elles ont besoin de communautés qui leur offrent...
Visite de Jean Vanier au Kenya
Martha Bala
Martha Bala est de Kingston, Ontario. Elle revient du Kenya où, en avril, elle a accompagné Jean vanier. Durant dix jours, Jean a visité la communauté Saint-Martin, rencontré les membres de L'Arche Ouganda, donné une retraite et quelques conférences. 
Je reviens tout juste d’un voyage de 10 jours avec Jean dans la merveilleuse communauté de Saint Martin au Kenya. Jean-Christophe y était allé l’an dernier et avait ouvert pour nous le chemin. Jean était invité à donner trois discours à Nairobi et une retraite à Nyahururu, une ville située à 3-4 heures de Saint Martin. Afin d’être à nos côtés, 39 personnes de la communauté de L’Arche en Ouganda ont voyagé 14 heures dans un autobus en provenance de Kampala.

L’esprit de la communauté de Saint Martin est très similaire à celui de L’Arche. Les Béatitudes sont vécues quotidiennement et l’œcuménisme est des plus vivants. L’unité et l’amour au sein des membres de la communauté sont palpables, traduisant ainsi la présence de Dieu. Saint Martin a vu le jour il y a 10 ans après qu’un prêtre catholique local, le Père Gabriele, eut accepté de bénir un foyer. Dans ce foyer, il a rencontré Thomas, un homme ayant une déficience intellectuelle, qu’on gardait caché dans une armoire, dans sa propre crasse. Trois semaines après cette rencontre, Thomas est décédé, mais Saint Martin est tout de même née de cette rencontre.

Touché grandement par Thomas, le Père Gabriele a réuni une petite équipe pour déterminer les besoins des personnes comme Thomas et pour trouver des solutions. Cette équipe était composée d’Ans, une Hollandaise de religion protestante, qui était au Kenya avec sa famille à l’emploi d’un ONG. Les autres membres de l’équipe étaient des Africains.

Dans une superficie de 50 km² entourant le diocèse on retrouve une population d’environ 400 000 habitants. L’équipe y a repéré environ 2000 personnes ayant une déficience intellectuelle qui, tout comme Thomas, vivaient cachées dans des circonstances similaires. Ensemble, ils ont commencé à prier et à rêver d’une vision différente, d’une communauté de Béatitudes où les cris et les pleurs de ceux dans le besoin, sauraient transformer ceux venant à leur rencontre.

Au fil des années, ils ont découvert et répondu aux besoins de différents groupes dans le même domaine : les enfants de la rue, des orphelins abandonnés dont les parents sont morts du SIDA et qui étaient souvent eux-mêmes séropositifs, des femmes violentées, des enfants victimes d’abus sexuels, etc. La force de Saint Martin réside dans ses bénévoles – ils sont maintenant plus de 1000 provenant de différentes classes sociales – qui travaillent pour aider ceux dans le besoin. Souvent, ceux qui ont reçu de l’aide de Saint Martin deviennent eux-mêmes bénévoles permettant à la communauté de grandir, offrant en témoignage leurs propres expériences. En petits groupes, on réfléchit sur des écrits, dont ceux de Jean, ce qui permet de partager les ressources et renforcer la solidarité. La communauté était donc ravie de recevoir Jean lors de la retraite. Tous étaient préparés, de cœur et d’esprit, à recevoir l’enseignement de Jean.

À la fin de la retraite, nous nous sommes mutuellement lavé les pieds en signe d’unité. Certains craignaient que ce rituel pose des problèmes d’ordre culturel. Certains ont choisi d’avoir leurs mains lavées plutôt que leurs pieds. Toutefois, en général, ce fut une expérience remarquable dont la plupart vont se souvenir longtemps, ce qui confirme que ce rituel peut transcender les différences culturelles.

Plus tôt cette année, la communauté de Saint Martin, pour remplir sa mission d’unité et de paix, s’est sentie appelée à répondre à la violence post-électorale faisant rage au Kenya. À l’intérieur de quelques jours, la communauté avait reçu le soutien des dirigeants de toutes les dénominations religieuses. Ils se sont entendus pour faire une marche de la paix à Nyahururu. Ils ont pu également développer, imprimer et distribuer largement un «livret sur l’unité» qui contenait notamment des citations de Martin Luther King, Mahatma Gandhi et Jean Vanier. Ces initiatives de paix constituaient un puissant symbole d’espoir et de paix face à la violence et la peur qui sévissaient.

Vous pouvez en apprendre davantage sur cette communauté et même visionner une vidéo en visitant son site Internet à l’adresse www.saintmartin-kenya.org.
Nouvelles récentes
Cinq rendez-vous heddomadaires avec Pamela Cushing
L'automne dernier, Pam Cushing, professeure à l'université Western Ontario et amie de L'Arche de longue date avait été invitée par L'Arche Daybreak, à animer un week-end d'assistants.
Francis et L'Arche en Haïti
Francis est un homme qui vit à L’Arche Beloeil depuis 15 ans. Il ramassait depuis quelques années les canettes et les bouteilles vides pour s’acheter des petites gâteries. Ses amis au...
Persona Très Grata, un site à découvrir
Changer de regard sur la déficience intellectuelle, voilà ce que propose la très originale équipe de Persona très grata sur leur blogue. À l'affût de tout ce qui bouge sur la scène française dans...
Une discussion passionnante sur le thème de l'angoisse
Le 4 avril dernier, Jean Vanier est venu à l’assemblée générale de L’Arche à Paris. Tout au long de la rencontre, des personnes touchées par une déficience intellectuelle et Jean Vanier ont...
L'Arche Canada - 2018